Agression d’Yvan Colonna : nous demandons une commission d’enquête sur l’état sécuritaire des prisons françaises

Communiqué de Presse: 11 Mars 2022

Le 2 mars 2022, le détenu Yvan Colonna a été retrouvé inanimé́ dans une salle de sport de la maison centrale d’Arles, violemment agressé par un codétenu. Il est aujourd’hui entre la vie et la mort. Depuis, plusieurs manifestations et émeutes ont lieu en Corse.

Cette agression interpelle autant par sa violence inouïe que par la situation extrêmement préoccupante dans les prisons qu’elle révèle. Prises d’otage, agressions de gardiens ou de détenus, l’état actuel du système pénitentiaire met quotidiennement en danger détenus et personnel pénitentiaire, et contrevient à l’obligation d’assurer leur sécurité.

Nous alertons contre un état sécuritaire globalement dégradé dans les prisons. La surpopulation carcérale, caractérisée par un taux d’occupation des prisons qui dépasse largement les 100 %, accentue des tensions déjà vives et devient particulièrement dangereuse quand les détenus ne peuvent être incarcérés dans les lieux convenants au mieux à leur peine. 

Nous demandons que toute la lumière soit faite sur les conditions dans lesquelles s’est déroulée l’agression d’Yvan Colonna. En effet, en retracer précisément les causes, en plus d’un devoir de justice, mettrait à jour aussi bien les défaillances qui l’ont permise que les dispositifs de sécurité manquants qui l’auraient empêchée.  Ainsi, cette enquête doit permettre d’en tirer toutes les conclusions et de prendre toutes les mesures qui s’imposent.

C’est pourquoi, sans empiéter sur les enquêtes administratives et judiciaires en cours, nous nous associons à la demande de création d’une commission d’enquête sénatoriale, sur la sécurité au sein de nos prisons, permettant de comprendre comment peuvent s’y produire, des actes d’une telle violence, comme celui dont a été victime Yvan Colonna.

Par conséquent, nous saluons la levée du statut de détenus particulièrement surveillés (DPS) et, dans la continuité de cet apaisement, nous soutenons d’ores et déjà la demande du rapprochement immédiat d’Alain Ferrandi et Pierre Alessandri pour leur sécurité et pour sensibiliser sur l’échange et l’écoute que doit mettre en œuvre le gouvernement envers la région corse.

Enfin cette commission d’enquête, par l’instauration d’un débat démocratique, permettrait également d’apaiser les tensions actuellement vives en Corse et d’établir les conditions propices à un retour au calme.   

Partager la publication

Facebook
Twitter
LinkedIn

Actualités
du groupe
GEST

l'actu en vidéo

suivez-nous sur les réseaux sociaux

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Ne manquez pas notre newsletter pour suivre toute l'actualité du groupe Écologiste-Solidarité & Territoires !