Culture : Les sénatrices et sénateurs écologistes soutiennent les acteurs culturels qui occupent le Théâtre National de l’Odéon

Capture d’écran 2021-03-10 à 15.11.53

Les sénatrices et sénateurs écologistes se sont rendus au théâtre national de l’Odéon pour apporter leur soutien à la mobilisation et aux revendications des acteurs culturels. 

Depuis un an, une grande partie de la culture est à l’arrêt et souffre de la crise. Les travailleuses et travailleurs de la culture, qui occupent le Théâtre National de l’Odéon se font l’écho de cette détresse. 

Les sénatrices et sénateurs écologistes soutiennent les revendications des occupant·es qui demandent entre autres, un calendrier de réouverture des lieux de culture dans des dispositions qui permettent à chacune et chacun de vivre de son activité. 

Plus que cela, la culture est une activité essentielle. Chaque jour de confinement qui passe vient nous le rappeler.

Salarié·es, auteur·trices et indépendant·es du spectacle, tout comme les professionnel·les du tourisme, de la restauration ou de la culture, toutes et tous réclament la mise en place d’un plan de soutien pour leur permettre de travailler ou d’être indemnisé·es, tant que la situation sanitaire les en empêche.

Les sénatrices et sénateurs écologistes présents sur place soutiennent également la reconduction de l’année blanche pour les intermittent·es du spectacle et proposent un plan de sauvetage pour ce secteur sinistré pourtant si essentiel à notre vie. 

Pour Thomas Dossus : “Un an après les premières mesures de fermeture, nous soutenons les occupations pacifiques des lieux de cultures et toutes les actions pacifiques menées pour faire revivre la culture dans cette période de crise. Quand le ministre de l’économie ouvre et ferme des grandes surfaces en claquant les doigts, la ministre de la culture promet depuis des mois des protocoles sanitaires adaptés aux différents secteurs culturels. Inconsciente de l’urgence à rouvrir, incapable de gagner ses arbitrages, elle reste enfermée dans le dogme gouvernemental d’une culture jugée non-essentielle.” 

Pour Monique de Marco : “C’est une occupation hautement symbolique alors que colère et désarroi gagnent le monde de la culture.On ne parle quasiment pas de la culture depuis un an, alors qu’elle est tellement vitale. Nous demandons la réouverture des lieux culturels avec l’application d’un protocole sanitaire strict.”

Partager la publication

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Actualités
du groupe
GEST

l'actu en vidéo

suivez-nous sur les réseaux sociaux

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Ne manquez pas notre newsletter pour suivre toute l'actualité du groupe Écologiste-Solidarité & Territoires !